Voilà 10 ans, jour pour jour, que je suis allé voir le spectacle du Crazy Horse Saloon.

J’avais été invité dans ce Temple du Nu par une délicieuse danseuse qui portait le tout aussi délicieux pseudonyme de Vera Cardamome. Cette Biélorusse à forte personnalité, possédait une plastique qui me laissait rêveur. J’avais souvent regardé le spectacle à la télévision qui était toujours diffusé pendant les fêtes de fin d’année!

C’est Alain Bernardin qui fonda, en 1951, ce qui deviendra en quelques années l’un des cabarets les plus connus dans le monde entier. Passionné par L’art, Monsieur Bernardin était fasciné par la mythologie de L’Ouest Americain et des Saloons. Au début des années 60, il rencontra Pierre Restany, un célèbre critique d’art ,qui lui présentera beaucoup d’artistes tels que: Cesar, Jasper Johns, Andy Warhol,Tinguely, Marcel Duchamp et Salvador Dali et qui deviendra un de ses amis les plus proches.

Ils s’encanaillèrent alors avec l’avant-garde des créateurs de l’époque, Paco Rabanne, Azzedine Alaia et Loris Azzaro.

Pour Mr Bernardin, la femme était la Muse idéale, alors il commence à travailler sur l’image d’une danseuse sur une scène. L’influence des divers mouvements artistiques européens et américains ( notamment le Pop Art et le Néo Réalisme) le poussèrent à créer des tableaux vivants avec deux danseuses, puis cinq puis douze. Jusqu’à sa mort en 1996, Mr Bernardin ne cessera de redéfinir L’Art Du Nu.

Chaque spectacle est pensé comme un show unique avec son décor, sa chorégraphie, sa musique et sa lumière. Tout est fait pour sublimer le corps de la Femme. Les jeux de lumières saisissent le regard et habillent de manière très subtile le corps des danseuses.

Toutes les danseuses ont un pseudonyme dès lors qu’elles rentrent au Crazy. Ce pseudonyme est définît en fonction de leur caractère.
On reste songeur en imaginant quel devait être le caractère de Lova Moor qui fût la muse et l’ épouse de Monsieur Bernardin, ou bien celui de Miss Fortuna, de Roxy Tornado ou encore de Pussy Duty Free…

En 2001, pour célébrer leur 50 ans, la Famille Bernardin décida d’ouvrir une autre salle de Spectacle. Même si le « Seul Crazy Horse se trouve à Paris » (c’est ce qui est écrit sur le mur à l’intérieur du cabaret Parisien), les membres de la famille Bernardin traversèrent néanmoins l’Atlantique et ouvrirent un cabaret dans le MGM Grand Hotel de Las Vegas.

Ces dernières Années, le Crazy Horse a fait appel à des danseuses d’un nouveau genre comme en témoignent les passages respectifs et très remarqués de Dita Von Tease, d’Arielle Dombasle et dernièrement Clotilde Coureau.

C’est au mois de Mai que Le Crazy fêtera ses 60 ans. Qui sait ce qu’ils nous réservent? Alors Joyeux Anniversaire un peu en avance!

Crazy Horse
12 Avenue George V
75008 Paris
Tel:+33 (0)1 47 23 32 32
www.lecrazyhorseparis.com
Credits photos: Antoine Poupel