par Hervé Dewintre

Chaque esmodien doit, pour valider les acquis de son année d’étude, soumettre à un jury de professionnels une collection conçue et fabriquée par ses soins.

Ce jury, qui couronne l’année scolaire, est un moment important et souvent intimidant pour les élèves qui doivent expliquer oralement à des gens du métier la pertinence de leur univers, les convaincre de la cohérence de leur collection, et du bien fondé de leur approche marketing.

Chaque école organise ce jury suivant des modalités qui lui sont propres. Dans cet article, nous vous parlerons du jury de Lyon auquel, à la suite de l’invitation d’Alain Boix, Sylvie Maysonnave et moi même avons assisté en temps que jurés.

Sylvie maysonnave qui travaille entre autres pour EUROVET ESMOD ET L'OFFICIEL et Maxime Dubois, directeur artistique de la marque ELEVEN PARIS, tous deux membres du jury ESMOD Lyon

Alain Boix directeur ESMOD Lyon et Vivianne Blassel membre du jury

Jean Claude Jitrois est le président de la promotion 2012 du jury ESMOD Lyon

Il s’agit pour chaque membre du jury d’expertiser et de noter sur 20 suivant ses convictions personnelles les collections des élèves de 3eme année. Si l’étudiant obtient la moyenne, il fait alors un stage de six mois de juillet à décembre. A la remise de son rapport de stage en Janvier, il obtient un certificat titre II Bac +3.

Le jury s’est déroulé à la sucrière, un immense entrepôt sur quatre niveaux construit dans les années 30 sur les docks de Lyon-Confluence en bord de Saône et qui connait une deuxième vie depuis 2003 puisqu’il accueille tous les deux ans la Biennale d’art contentporain de Lyon.

Pendant une journée, au sein d’un jury présidé par Jean Claude Jitrois et composé entre autres de Vivianne Blassel, de Maxime Dubois qui est le DA de Eleven Paris, ancien d’ESMOD LYON, de Max Chaoul le célèbre créateur de robes de mariées, de Donald Potard, ancien PDG de la maison Jean-Paul Gaultier et chairman (section mode) de l’école Parsons à Paris, de Sylvie Mayonnave, et enfin de personnalités lyonnaises de premier plan comme Maximilien Durand qui dirige avec un dynamisme et un gout parfait le musée des arts décoratifs de Lyon, nous avons profité de la grande qualité des propositions lyonnaises qui n’ont rien à envier aux collections des écoles de nos grandes capitales.

Alain Boix nous a autorisé à prendre des photos de cette journée pour illustrer un article sur planet-esmod.com et pour le blogguer à ma guise et en toute confiance. Il ne s’agit pas ici de juger à nouveau les travaux des élèves mais d’offrir un témoignage sur l’atmosphère et le déroulement d’un jury.

Il faut noter que, si chaque membre du jury expertise et note suivant ses convictions personnelles les collections des élèves de 3eme année, le stylisme et le modèlisme n’en sont pas moins jugés sur des critères précis comme l’indique la photo ci dessus : univers/interprétation, cohérence de la collection, illustration, marketing. Le modélisme est jugé sur les critères suivants: l’interprétation, l’allure générale, le volume et l’aplomb, la technique et les finitions.

un modele de la collection de Soffia Abbaoui

Aifoc collection coexistencia par sofia Abbaoui

La collection de Sofia Abbaooui inaugure la série de présentations. Chaque étudiant doit proposer quatre modèles au moins. Beaucoup cependant en présentèrent cinq, à l’instar de Sofia, ce qui fut apprécié par le jury qui y voit une bonne aptitude au travail. Sofia a baptisé sa marque Aifos qu’elle souhaite adresser à une femme élégante, féminine, sophistiquée et mystérieuse.

carte de visite ma demoiselle a paris

Pendant que les étudiants présentent leur collection sur mannequins, les membres du jury peuvent consulter les cahiers de tendances conçus par l’apprenti styliste-modéliste. Matières choisies, dessins, plan technique, cohérence entre le projet initial et la tenue finie, conception de look book, de carte de visites : l’univers de l’étudiant doit pouvoir se refléter dans la richesse des propositions couchées sur papier.

"Ma demoiselle à paris" par Laura Bertozzi

Marine Boginoff collection individualisme

Marina Boginoff présente une collection baptisée Individualisme. Pour l’illustrer, elle a choisi des volumes ronds, enveloppant, presque cloisonnant plus que protégeant. Elle présente sa collection de la manière suivante : « Inspiré par le mouvement architectural du déconstructivisme qui vise à déconstruire ce qui appartient au domaine du construit, le point d’ancrage des emmanchures a été déplacé sur l’avant du corps pour accentuer l’impression du repli sur soi. » Les visuels de la collection shootés par Studio 5.56 sont léchés et élégants.

Un modèle de Laetitia Boivin

L'univers architecturé de Laetitia Boivin

Laetitia Boivin propose « LBC, code 3D » : un univers dark, futuriste, architecturé. Très cohérent jusque dans ses visuels très soignés. L’étudiante a fait un stage chez Georges Chakra à Beyrouth comme assistante modéliste en haute couture.

Les modèles de la collection créée par Aurélie Bongiraud

détail de la collection "ice cold crytal" de Aurelie Bongiraud

Aurelie Bongiraud a baptisé sa collection « ice cold crytal ». De nombreux détails sophistiqués convoquent l’écho de cette fraîcheur minérale.

un modele de la collection Aurelie Bongiraud

Aurelie Bongiraud a fait de nombreux stages, notamment chez Lise Charmel où elle a travaillé l’analyse des produits, le montage de la maille du beachwear, la coupe à plat de prototypes. Chez Max Chaoul, elle a travaillé comme couturière.

holding the rope par Léa Capisano


Avec sa collection baptisée « Holding on the rope », Léa Capisano décline en noir l’univers du bondage. Un thème sur la corde raide mais solidement ficelé. Elle a fait un stage chez Jean Paul Lespagnard à Bruxelles.

J.CO signé Jessica Cohet

détail de la collection "Graphique évolution" signée Jessica Cohet

Jessica Cohet et un des ses modèles

Jessica Cohet a puisé son inspiration dans l’architecture de bâtiments aux lignes futuristes: le stade olympique d’Athènes, l’auditorium de Tenerife, le muséum d’art de Milwaukee, l’opéra de Valence. Une collection inspirée et une très interressante recherche de matières ; je craque sur la combinaison luisante et lustrée.

un modèle signé Fiona De Prittwitz

détail de la collection r.a.f signée par Fiona de Prittwitz

Fiona de Prittwitz entourée de ses deux modèles

Fiona de Prittwitz signe une collection fraîche, sportive, aux imprimés vifs et inspirants. Si elle a choisi de nommer sa marque « R.A.F », qu’elle soit certaine que pour nous, ce n’est pas le cas.

collection Marion Couchine "don't act like a dude"

collection "ADN écorche moi si tu peux" par Alexandra Derici

Ecorchée vive Alexandra Derici ? Ou simplement à fleur de peau ? Son imprimé musculeux et anatomique nous a, en tout cas, mis les nerfs à vif !

"burn it all" de Margaux Ringot

collection happy end signée Clara Fosset

Collection "happy end" et "burn it all" par Margaux Ringot

Si les inscriptions « burn it all » et l’inspiration clairement no future n’annoncent pas un tempérament férocement optimisme. Et pourtant, la collection proposée par Clara Fosset nous éclaire par ses imprimés joyeux et ses couleurs pimpantes. Nihiliste mais avec le sourire.

dessins de Marie Gabriel

Modèle Bauhölz par Marion Granger

détail d'un modèle signé Marion Granger

Marion Granger a particulièrement soigné la présentation visuelle de sa collection Bauhölz. Photos d’excellente qualité, graphisme pointu, site web professionnel : www.mariongranger.fr un vrai coup de coeur de Maxime Dubois qui a été très sensible au professionnalisme de sa démarche.

Un modèle de la collection signée Audrey Jacquot

détail de la collection signée par Audrey Jacquot

Audrey Jacquot

Audrey Jacquot est émue: elle vient de présenter sa collection et le président du jury Jean Claude Jitrois, dont le père était pilote de ligne, a gratifié l’étudiante de ses plus sincères félicitations pour l’excellente tenue de son vestiaire « fly away ». Le grand créateur lui a ensuite demandé avec chaleur si elle souhaitait faire un stage au sein de sa maison. Il y a des propositions plus désagréables…

Collection "Rose label" par Alice Mazin

La collection de Magali Mercier

Magalie Mercier entourée de ses modèles

« Dauphinarium, Brenda et le cabinet de curiosités ». Magalie Mercier nous entraîne avec bonne humeur dans son monde peuplé de créatures qui n’hésite pas à arpenter « the walk on the wild side ».

Donald Potard scrute avec interet les détails d'un modèle créé par Marie Camille Goutteratel

un modèle de Marie Camille Goutteratel

"claudine coutée" collection camille & marie par Marie camille goutteratel

Après un enchaînement de collections all black, la gaîté et la fraîcheur des modèles de Marie Camille Goutteratel nous donne le sourire d’une oreille à l’autre. Moderne, espiègle, lumineux, c’est mon coup de coeur personnel.

le cahier de tendances de Margaux Ringot

Margaux Ringot prend du plaisir a créer des gammes de couleurs et de matières. Une vraie habilité dans la création d’imprimés.

Robin Roy Simeray entouré de ses quatre modèles

collection " construction d'une évolution" par Géraldine Valbon

Je connaissais déjà le travail de Géraldine Valbon qui avait présenté ses tenues à Beijing, il y a quelques mois au concours Hempel Award China : son travail avait fait sensation et lui avait valu de remporter un grand prix. Je retrouve avec plaisir son obsession bordeline pour la ré-invention.

Collection Fern van der Grijn

Un modèle signé Fern van der Grijn


Fern van der Grijn

Avec la présentation de sa collection « The run away Bride », Fern van der Grijn clôture cette journée plaisante mais studieuse. Elle emportera le coup de coeur spécial des jurés qui furent, à la quasi unanimité, séduits par la maturité de son travail.

le jury et les eleves de la promotion 2012 ESMOD LYON

Tandis que certains membres du jury regagnaient la Capitale, nous sommes pour la plupart restés – avec grand plaisir – à Lyon pour assister le jour suivant, et dans le même lieu, au défilé qui couronnait la fin de l’année scolaire. Si les photos des défiles d’école vous intéresse, je les partagerai avec vous prochainement.