Par Hervé Dewintre

un ete 2014 sous le signe de la vierge par sylvie maysonnave photo herve dewintre

Présentation au comité français de la couleur de l'été 2014 : aux couleurs de la vierge, de toutes les vierges. Par Sylvie Maysonnave. Photo Hervé Dewintre

Ce qui est bien avec Sylvie Maysonnave, c’est que plus je la connais, plus je mesure mon ignorance et mes lacunes.

Sylvie, c’est ma conteuse, mon troubadour. Je serai bien en peine de vous décrire l’intitulé de son métier. Je savais jusqu’à maintenant qu’elle bossait pour des sociétés dont l’activité est liée à la mode et je savais aussi qu’elle intervenait à des niveaux différents : par exemple pour l’OFFICIEL (dans le numéro d’Aout et de février il me semble), elle dresse sur une bonne dizaine de pages les tendances de la saison six mois avant leur actualité boutiquière, tandis que pour les salons professionnels du groupe EUROVET (tissu premier, collections, made in France, zoom by fatex etc) elle projette son intuition dans les 18 mois à venir.

Ce que je ne savais pas, et que j’ai découvert avec stupéfaction il y a quelques mois, c’est que Sylvie avait une corde supplémentaire à son arc déjà considérablement bien garni.

En avril dernier, elle m’apprend avec fierté que ses présentations de gammes de couleurs ont été choisies par le comité français de la couleur pour la réunion internationale Intercolor.

Le comité français de la couleur, je ne savais même pas que ça existait. Et pourtant c’est une association professionnelle dont le rayonnement se déploie dans le monde entier depuis plus de quarante ans. Ses membres sont des professionnels de tous horizons. Leurs réflexions touchent tous les domaines (elles sont « transversales » comme on dit dans le jargon du métier): des méditations sur la couleur, dans le domaine de la mode mais aussi dans celui de la beauté, du luxe, du design et de l’architecture. Ils observent pour nous permettre de mieux créer.

rencontres de la couleur au comite francais de la couleur vierge ete 2014 Comite de la couleur intercolor par sylvie maysonnave photo herve dewintre

Des gammes de couleurs, j’en avais déjà vu sur les salons de tissus sur lesquelles je bosse avec Sylvie. La photo ci dessus vous donne une idée de leur apparence ; chaque bande correspond à un code Pantone ultra précis. Comment fait-elle pour choisir parmi les millions de teintes Pantone existantes, celles qui correspondront à ce que nous verrons sur les podiums des mois plus tard, c’est un mystère. C’est aussi opaque pour moi que de prédire la bonne aventure. Sauf que l’importance des enjeux économiques – toute la filière suit derrière – dit assez qu’il n’est pas question de se planter et qu’il faut être puissamment crédible pour parler à des milliers de professionnels qui sont le vrai milieu (et non la cour) de la mode, c’est à dire celui qui la fait et la conçoit.

Sylvie m’invita donc à assister à sa présentation à la Maison du prêt à porter féminin et des accessoires qui héberge , rue de Caumartin, ce rendez vous annuel de la couleur. Olivier Guillemin qui est  directeur créatif pour de nombreuses marques (comme Shiseido) et Dominique Cuvillier, grand spécialiste des tendances de consommation, respectivement président et secrétaire du comité, animaient cette réunion dont le thème était le futur de la couleur, et plus précisément sa place dans les 20 et 50 ans à venir. A ma grande honte, je dois dire que je ne connaissais pas la plupart des professionnels qui se succédèrent: Christian Gatard, prospectiviste (oui ça existe), Philippe Fagot, arcenciologue (encore un métier que je découvre), Marion Lamarque, colour manager pour Oxylane/Decathlon, Caroline Perrin, directrice artistique pour AC Matières mais leurs interventions et la qualité de leurs réflexions me confondirent de surprise et d’admiration.

L’intervention de Sylvie avait pour thème les couleurs de l’été 2014. Elle ne me donna pas l’autorisation d’en parler (tout de suite du moins) car le contenu de sa réflexion était destinée avant tout aux professionnels. Je fis le serment de ne rien dire. Mais c’était il y a de longs mois, et entre temps de nombreux défilés (notamment le printemps été 2013 de l’homme en juin et de la femme en septembre) ont eu lieu et ont largement confirmé ses prédictions.  De plus, comme le but de cet article n’est pas de dévoiler de précieux codes techniques mais de décrire les rouages d’une imagination aux aguets, c’est donc sans remords que ce serment, je vais le trahir.

presentation intercolor ete 2014  par sylvie maysonnave photo herve dewintre

L’été 2014 sera sous le signe (et les couleurs) de la vierge. De toutes les vierges. Car elles sont nombreuses.

Exposition white drama comme des garcons photo herve dewintre

Exposition white drama comme des garcons photo herve dewintre

On pense d’abord à la pureté, aux territoires inexplorés. Le terme exact est la page blanche. Pas le choix, il faut renaître. C’est La Renaissance : celle qui a bu jusqu’à la lie son moyen age et qui balaie le passé sans l’oublier (car c’est en relisant les anciens qu’on peut réinventer son futur). En fait, ce sont les couleurs de la deuxième chance. Blanc d’hiver, blanc d’été, tous les blancs sont autorisés, fussent-ils cassés, de toute façon, il n’y a plus de saisons. Press to reset.

La page blanche la vierge sage et vierge folle et enfin la terre vierge ete 2014 par Sylvie Maysonnave photo herve dewintre

La page blanche, vierge sage vs vierge folle et enfin la terre vierge sont les thèmes couleurs de la gamme été 2014 conçue par Sylvie Maysonnave photo herve dewintre

Ensuite on pense à la madone mais attention, tous les amateurs d’astrologie le savent déjà, deux natures contradictoires la compriment: la « Vierge sage » sévère, modeste et discrète est en perpétuelle tension avec la « Vierge folle » fantaisiste et insouciante, ne craignant ni l’extravagance ni le mauvais gout.

la santa muerte couleur ete 2014 par Sylvie Maysonnave photo herve dewintre

la santa muerte

Je remarque que la Parabole des vierges sages et des vierges folles a toujours été associée à l’Apocalypse et au thème du Jugement dernier. J’en déduis que les mythes du passé sont notre feuille de route pour demain.

la vierge sage par Sylvie maysonnave

aux couleurs de la vierge sage

Un mot au passage sur les vierges Noires (mes préférées) : il en reste quarante en Europe et on connait mal leurs origines. Elles apparurent dans des lieux qui furent sacrés bien avant les premiers chrétiens. On sait que les grandes cathédrales gothiques du XII et du XIIIe siècle furent souvent bâties sur des sites qui étaient auparavant des temples dédiés à ces déesses noires. C’est à dire qu’elles tenaient une place énorme dans la spiritualité du moyen âge parce qu’elles venaient du plus profond de la mémoire des peuples : elles perpétuaient sans doute les cultes païens des divinités féminines et elles étaient probablement adorées dans toute l’Europe et tout le Proche-Orient, de l’Égypte à la Perse.

La-Vierge-Noire-de-la-Daurade chapelle des Carmélites

Elles sont faites de pierre et d’ébène et sont toujours somptueusement parées. Elles ont un air oriental, je dirais même byzantin, et de mystérieuses légendes les auréolent. Tous les chercheurs sont d’accord pour dire qu’elles représentent la déesse mère, une divinité complexe puisqu’elle incarne à la fois le Bien et le Mal, la Création et la Destruction, la Lumière et l’Obscurité.

L' étendard des templiers.

La dualité donc. Je note que les templiers (qui ont joué un rôle décisif dans la construction des cathédrales au XIIIe siècle) la choisirent comme protectrice et que dès cette époque initiale, leur oriflamme était le Beaucéant – à la Croix Rouge et Or sur un fond en damier Blanc et noir, le damier de « Dame ». Les couleurs dont on paraît ces vierges se retrouvaient dans l’Ancienne Égypte ( les Chevaliers y avaient voyagé et étudié ) : le bleu, le blanc, le rouge et des garnitures dorées : le bleu nuit est assimilé au noir : il incarne la putréfaction ; le blanc, phase suivante, représente la purification. Le rouge est la rubification, l’action du feu secret. La couleur dorée correspond à la transmutation des métaux vulgaires en or, en clair, cela symbolise la perfection initiatique.

la vierge noire du puy

la vierge noire du puy

En résumé, la vierge noire incarne un culte originel ; elle est liée à des rites de fertilité, de fécondité et de sexualité : des attributs bien éloignés de ceux de la mère du Christ. Les celtes déposaient des vierges noires sur les liens sacrés reconnus comme centre d’énergie, là même où se dressait les menhirs par exemple. Plus tard, quand les croisés voulurent établir un contact privilégié avec les énergies de la Terre, ils trouvèrent souvent sur leur passage une Vierge noire. Comment sont elles arrivés en Europe et par qui? On ne sait pas. Elles restent une énigme non élucidée mais une chose est sure : même si le judaïsme, puis le christianisme, ont cherché à effacer leurs traces, les cultes dont elles sont le centre restent incroyablement vivaces malgré des siècles de chasse aux superstitions.

terre vierge et paradis perdu frida khalo couleur ete 2014 par Sylvie Maysonnave photo herve dewintre

terre vierge et paradis perdu frida khalo les autres couleurs de l' été 2014 par Sylvie Maysonnave photo herve dewintre

Enfin, on ne parle pas de vierge sans parler de terre vierge et de paradis perdu. C’est une troisième voie plus difficile à appréhender mais riche de couleurs vives et vivantes qu’on a si souvent retrouvé sous le pinceau de Frida Kahlo. Sylvie conclue sa présentation sur une photo des vierges du Swaziland : chaque année, la «danse des roseaux» est interprétée par 80000 vierges, qui seins nus devant le roi reprennent cette chanson célèbre (enfin célèbre là bas) :

« Je suis vierge, s’il vous plaît venez et inspectez si je suis toujours pure»

les vierges du swaziland

les vierges du swaziland

Deux jours de fêtes pendant lesquels le roi pourra se choisir une femme parmi les frétillantes prétendantes qui se seront déplacées pour lui plaire. Il faut dire que le roi (qui a déjà quatorze épouse) ne sera pas ingrat avec les heureuses élues : elles auront chacune une BMW et leur propre palais. Les vierges accompliront entre-temps différents rituels : elles couperont notamment des roseaux et les remettront à la reine mère pour l’honorer. La déesse mère, on y revient.

 

J’espère que ce minuscule témoignage d’un novice (je découvre en même temps que vous ces réunions où des gens passionnés cogitent sur des teintes qui n’auront de réalité que des saisons plus tard) vous aura intéressé. Il n’a pas pour but de définir des principes, ni de valider un délire mystique ou religieux, ni de vous instruire sur les symboles, archétypes et paganismes lointains cachés derrière des couleurs – j’en serai bien incapable – mais de vous signaler les efforts d’une filière qui commence par les couleurs, qui deviendront des tissus puis des fringues, et où à chaque niveau de conception, des cerveaux se sont mis en marche pour créer l’envie. Ils le font pour séduire et convaincre des juges ultimes : nous. Car les seuls vêtements qui nous plaisent sont toujours ceux qui nous racontent de belles histoires.

http://www.comitefrancaisdelacouleur.com/

Si vous voulez en savoir plus sur les reunions internationales intercolor : http://www.intercolor.nu/welcome.html