Pas une journée que Dieu fait ou je n’en croise pas.

Dans la rue, le métro, le bus, au restaurant, dans les boutiques mais attention même à la campagne, l’horrible manteau de laine surgit de nul part et la, c’est le drame.

Combien sont-elles à porter fièrement cette chose ? Est-ce qu’il ne serait pas plus sage encore à cette saison de garder sa petite doudoune ? Je n’oblige personne à acheter une Pyrenex ou une Moncler mais je vous en prie, pas ca ! Ou alors, ressortez moi les fourrures, mais les vraies et belles fourrures d’élevage, pas celles venant de chine avec des morceaux de bêtes dont la provenance est plus que douteuse.

Car la, ce manteau, LE manteau style « Desigual » ce n’est réellement plus possible.

Desigual (que l’on peut traduire par : pas pareil, atypique ou encore inégal en espagnol) qui se veut l’incontournable marque tendance 2011 fait énormément parler d’elle.  En effet, très optimiste depuis ses débuts dans les années 80 elle fait un grand boom dans les années 2000 avec un CA de plus de 150 millions en 2009 avec comme premier marché étranger…Je vous le donne dans le mille… La France !

Son best-seller mise à part quelques t-shirts sympa en cherchant bien… Le manteau en laine et patchwork…

Et voilà, comme un malheur n’arrive jamais seul, ce manteau devient vite la coqueluche de bien des greluches… pardon, bien des clientes. La ou je ne peux rien dire, c’est que la rue fait la mode, mais la mode de la rue n’est pas toujours de meilleurs goût. La preuve en est, ce type de manteau existe dans un panel de coloris incroyables, surpiqué grossièrement de laine, le tout créant des motifs plus moches les uns que les autres… Je dis non ! Il faut admettre les choses et dire STOP, ca pique les yeux !

Mais que faire contre cette mode du sentier ? Car c’est bien de cela qu’il en résulte. Ce n’est pas la mode du sentier comme nous l’imaginons. Mais c’est la mode du nouveau sentier avec ses « ateliers » tenus par des chinois pratiquant la tontine afin de s’installer facilement en France. Une solution ? Non, rien. Attendre, laisser passer, fermer les yeux, pleurer et surtout, ne pas rêver d’aller se promener à Aubervilliers. Oh oui, ces kilomètres d’entrepôts de grossistes,  remplis de marchandise directement arrivée de chine, que les clientes ne soupçonnent pas. Il ne faut pas imaginer un seconde que ces manteau puissent venir d’Espagne, d’Italie, d’Europe du Nord, non, comme je le disais plus haut dans mon texte, ils ont la même provenance que ces petits gilets en lapin (patchwork de chutes de peaux) et arrivent à Paris en masse pour inonder le marché. C’est un peu le principe de la Fast Fashion, qui est un sujet très intéressant et assez long à développer. Vision moderne de la mode et du retail, avec des avantages et des inconvenants. Tout le monde se tourne vers cette nouvelle façon d’aborder les collections, mais est-ce que le style et surtout le modélisme doit en pâtir. Et bien évidement le Made in France.

Alors je ne rêve que d’une chose, le printemps, les beaux jours et oust, au cachot les vieux paletots !