Course en escarpins

Participantes course en escarpins Sarenza

La 3e édition de la Course en escarpins s’est déroulée début décembre à Paris. La course avait lieu un vendredi soir, une hérésie pour le journaliste que je suis, de plus, il faisait très froid ce soir là dans la capitale. Mais l’attachée de presse, qui est aussi une bonne copine m’a toujours fait part de l’incroyable ambiance qui règne sur place, alors j’ai décidé d’aller vérifier ses dires par moi-même.

Rassurez-vous point d’escarpins pour moi et surtout, je n’aurais jamais voulu me rapprocher du look de Nicolas Ulmann l’animateur de la soirée singeant la gente féminine perché sur des plateform shoes comme toutes droites sorties d’un peep show de Pigalle. J’étais un simple spectateur parmi les autres. Je me sentais un peu seul bien sûr voyant des hordes de potes venus encourager leurs amies, copines ou petites amies. Pour moi du côté de ma bande d’amis, ce soir là c’était silence radio. Un de ces soirs où personne ne sait ce que font les autres et où l’on a probablement plus envie de se carapater chez soi pour une soirée cocooning au lieu d’aller braver le froid à la découverte d’une opération de com’ dans le XVIe arrondissement de Paris.

Course en escarpins

Starting blocks course en escarpins

Et bien, vous savez quoi ? Je ne l’ai pas regretté. Sur place, l’ambiance était incroyable. L’atmosphère énergisante malgré le froid. Les couleurs claquaient, les gens étaient joyeux.

Cette course m’a aussi donné l’occasion de découvrir la Piscine Molitor. Un lieu myhtique des naïades parisiennes jusqu’aux années 70. L’édifice s’est aujourd’hui transformé en une sorte d’arène taguée du sol au plafond. J’ai trouvé l’endroit irréel, surtout en plein Paris, à deux pas des immeubles bourgeois du XVIe. On jurerait presque se trouver dans l’un de ces no man’s land de New York ou de Berlin.

Course en escarpins

Participantes course en escarpins Sarenza

Sur place, je n’imaginais pas à quel point l’ambiance serait à la fête : Looks, DJ, cocktail, public fêtard bon enfant… tous les ingrédients étaient réunis pour agrémenter ce décorum d’une certaine magie. Toutes les participantes avaient joué le jeu. Leurs costumes étaient affûtés au scalpel : perruques savamment décoiffée, accessoires de cheveux extravagants, make-up poussé ; comme dans les meilleurs shows on sentait que tout était pensé depuis depuis des mois. Du haut de mon promontoire, j’admirais les styles. Look « franco-frenchy » en bleu-blanc-rouge,  veste et coiffe de horse guard, super héroïne en cape dorée…  Juchées sur leurs souliers maintenus d’un triple tour d’adhésif d’emballage afin d’assurer une pseudo stabilité en course, les filles arborent joyeusement 8 cm de talons hauts minimum !

La Couse en escarpins c’est avant tout une aventure de copines. Un défi fou ou la périlleuse ascension de corps graciles (pas toujours parfois) sur quelques centimètres de douleur bonheur.

Revivez l’atmosphère de la Course en regardant la vidéo